Loading

« If memory acts through a process of construction, destruction, and reconstruction, it does not guarantee an exact reproduction of reality. It can be approached by multiple artifices, subterfuges that are more commonly called false memories. FX Combes observes that the processing of digital information is similar to the processing of information by our memory; either at the time of encoding, storage and where still restitution: « It is this idea of memory as essentially fallible that guided my work. »

« By deconstructing the image and then reconstructing it, the digital machine functions as our brain by re-manufacturing permanent memory, and by including inaccurate, erroneous, even unfaithful episodic memory memories, traces of memory.»
« En déconstruisant l’image puis en la reconstruisant, la machine numérique fonctionne comme notre cerveau en re-fabriquant de la mémoire définitive, et en y incluant des souvenirs de mémoire épisodiques inexacts, erronés voire infidèles, des traces de mémoire. »

« J’utilise aujourd’hui des outils numériques : un appareil de prises de vue, des logiciels d’ordinateur, une imprimante… Ces outils sont ma palette. C’est en jouant avec eux, et parfois contre eux, que je vais fabriquer une image achevée, déconstruite/reconstruite à partir de l’image initiale. « 

« Si la mémoire agit à travers un procédé de construction, de destruction, et de reconstruction, elle ne garantie pas une reproduction exacte de la réalité. Elle peut s’en approcher par de multiples artifices, des subterfuges qu’on appelle plus communément des faux souvenirs. 

« Je dirai que trois préoccupations majeures sont au centre de mon travail. D’abord, articuler une relation maîtrisée entre photo et peinture.  Ceci en vue d’obtenir au final une modification – ou plutôt une mutation de la forme et du sens des images qui servent de support initial au processus d’élaboration. »